L’absence d’un traducteur assermenté profite à un trafiquant de drogue

Accueil » L’absence d’un traducteur assermenté profite à un trafiquant de drogue

Me Lindsay Schoukens invoque la violation du droit de la défense et la Chambre du conseil a été contrainte d’accéder à sa demande : la libération de son client. Ce client, âgé d’une vingtaine d’années, est accusé de trafic de drogue. Alors qu’il débarquait d’un avion en provenance de Dubaï le 20 janvier dernier, 4 kilos de cocaïne ont été saisis sur lui.

Ces faits se sont déroulés au Brussels airport. Comme ce trafiquant est d’origine lettone, c’est vers l’ambassade de la Lettonie que le juge d’instruction s’est tourné pour demander à ce qu’une personne fasse office de traductrice. Une collaboratrice de l’Ambassade s’est pliée à l’exercice pour les premières auditions devant le juge et la police. Elle était encore présente lorsque l’accusé a été emmené pour une première comparution devant la Chambre du Conseil. En contrepartie de cette prestation, la collaboratrice a demandé à être payée, mais cette demande lui a été refusée par le SPF Justice. Lorsqu’elle a été sollicitée encore une fois par la chambre du conseil de Bruxelles, la traductrice non assermentée s’est bien présentée. Elle a cependant clairement signifié qu’elle ne jouerait plus son rôle de traductrice tant qu’elle ne serait pas payée pour sa prestation. Et c’est ainsi que la chambre du Conseil a été contrainte de libérer le trafiquant.

Cette décision de la chambre du Conseil a fait l’objet d’une interjection en appel par le parquet. Pour éviter que la libération ne devienne définitive, il a deux semaines pour se présenter à la chambre des mises avec un traducteur letton assermenté.

Publiée le 01/01/1970
Votre devis de traduction en un temps record
Vous avez aimé cet article, partagez-le sur vos réseaux sociaux !