tom13c

L’apprentissage du français, un premier pas vers l’intégration

Sylvain Ruelle est un formateur rattaché à l’Association pour la formation professionnelle et le développement de l’éducation permanente (Asfodep). Il entreprend à Du-Guesclin, à Niort, un travail d’intégration des immigrés par le biais de l’apprentissage de la langue française. Dans sa classe, plusieurs réfugiés politiques, dont des Syriens, des Japonais, des Arméniens et des Azerbaïdjanais. Tous poursuivent le même objectif : apprendre le français et la culture française pour mieux s’intégrer dans la société.

Pour le formateur, la difficulté n’est pas seulement d’enseigner la langue de Molière à des étrangers. Il est aussi question de leur apprendre à lire et à écrire, car une grande majorité d’entre eux est analphabète. Sylvain Ruelle se voit alors contraint de réaliser les aménagements qui s’imposent pour atteindre le but de l’Association. La différence de culture, parfois très importante, vient compliquer les choses. Ainsi, les thèmes comme le mariage pour tous, sont à nuancer.

Outre le résultat pédagogique, à savoir le diplôme, les classes deviennent des lieux d’échanges interculturels où des amitiés se créent. Après les 245 heures de cours pour la formation initiale, nombreux sont ceux qui se réinscrivent pour le niveau supérieur, tout simplement pour se retrouver entre amis.