tom13c Pas de commentaire

Les débouchés pour les étudiants en langues

Les débouchés pour les étudiants en langues

Au sortir de leur cursus, les étudiants en langues exercent leurs compétences soit dans l’enseignement, soit au sein d’une entreprise internationale, soit dans une institution ou un service de traduction.

Selon une étude de l’INSEE, répertoriant les étudiants des universités par discipline et par cursus, 103 178 étudiants en langues (licence, master et doctorat inclus) étaient enregistrés pour l’année 2009-2010, soit 7,7% de la population universitaire.

Pour le CAPES 2011, seulement 1 274 postes étaient prévus par l’Education Nationale. C’est donc vers les services de traduction et d’interprétation, les entreprises et les organismes institutionnels que se tournent désormais les étudiants en langues.

Au sein d’une entreprise

Avec l’internationalisation des marchés, les postes en entreprises pour un traducteur ou un interprète se multiplient et touchent une variété de secteurs. Plus de 65 % des étudiants en langues sont engagés par des sociétés. Développant de plus en plus leurs marchés à l’étranger, elles ont besoin de spécialistes en traduction financière, marketing ou en traduction juridique.

Des domaines d’activité en plein essor font également les yeux doux aux professionnels des langues, comme la traduction multimédia, la localisation de logiciel ou la traduction informatique.

Les linguistes chevronnés, qui maîtrisent une ou plusieurs langues dites rares, sont aussi sollicités par les groupes internationaux, recherchant des experts en traduction français chinois ou en traduction français suédois.

Au sein d’une agence de traduction

Si elles n’embauchent pas, les entreprises délèguent et font alors appel à des agences de traduction pour répondre à leurs besoins. Pour enrichir leurs équipes de collaborateurs ou les renouveler, les services de traduction recrutent soit des linguistes polyvalents, qui peuvent assurer une traduction français russe ou une traduction français-néerlandais aussi bien dans un domaine généraliste que pointilleux, soit de véritables experts, spécialisés par exemple en traduction médicale ou en traduction économique.

Au sein d’une institution

Les institutions nationales et internationales recrutent également mais les places sont chères et nécessitent souvent des spécialisations poussées ou une expérience certaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *