Traduction

La France vient en aide à ses traducteurs d’Afghanistan

Durant le conflit en Afghanistan, les troupes françaises mobilisées ont fait appel à des traducteurs, comptant parmi les PCRL ou Personnel Civil de Recrutement Local. Après le retrait de l’armée française, ces traducteurs se sont retrouvés exposés aux représailles des talibans. Lire la suite

L’UPTIA demande une meilleure considération de son rôle

Dans certains procès épineux, la traduction joue un rôle prépondérant, que ce soit pour la compréhension du dossier ou pour éviter les ajournements incessants. L’affaire Bernard Wesphael illustre parfaitement cette situation. Le prévenu, accusé du meurtre de son épouse, devait être jugé en février 2015. Or le procès a été reporté en septembre. La raison en est que des pièces du dossier, comme le rapport d’autopsie, attendent toujours d’être traduites. Lire la suite

Une formation en langue des signes à Liège et Bruxelles

La demande a été formulée par les sourds francophones depuis déjà près de 20 ans : une formation en langue des signes est nécessaire. Au terme de la formation, les participants se voient attribuer un baccalauréat de traducteurs-interprètes en langue des signes. A la rentrée de septembre prochain, cette demande pourrait être satisfaite grâce à la mise en place d’un laboratoire d’apprentissage. Ce laboratoire fait partie intégrante du projet « language district ». Ce centre de formation est en route grâce à une initiative de l’Université de Liège et d’une haute école du réseau catholique sise à Bruxelles. Lire la suite

La traduction, un des thèmes du Salon du Livre d’Alger

Le 20e Salon international du livre d’Alger ou SILA s’est tenu jusqu’au 7 novembre 2015, et a vu la participation de quelque 900 maisons d’édition. L’événement a été l’occasion pour les professionnels de la traduction de préciser que l’Algérie ne compte pas suffisamment de traducteurs expérimentés pour un passage des ouvrages du français à l’arabe. De ce fait, souligne le directeur du livre de l’IFA (Institut Français d’Alger), la traduction engendre un coût très souvent conséquent qui se répercute directement sur le coût du livre. Lire la suite

Une reconnaissance internationale pour l’Ecole des Traducteurs et Interprètes de Beyrouth

L’ETIB, une branche de l’Université Saint-Joseph, a reçu le Prix International Gerardo de Cremona le 11 novembre dernier. Pour Mme Gina Abou Fadel Saad, directrice de l’établissement, ce trophée sonne comme une consécration au bout des 35 années d’existence de l’Ecole. Pour elle, la traduction est assimilable à un pont, indispensable pour instaurer une entente et une communication interculturelle. Elle se dit environnée par les atrocités que sont la guerre et le destin parfois tragique des migrants qui tentent de fuir la misère et les conflits de leur pays d’origine. Lire la suite

Salman Rushdie et ses Versets sataniques continue à faire des vagues

Les Versets sataniques de Salman Rushdie créent une fois encore des divergences d’opinions. Lors de son premier lancement il y a un peu moins d’une trentaine d’années, cet ouvrage a été la source d’affrontements violents. La fatwa de l’ayatollah Khomeini a vu le jour suite à sa publication. Le traducteur de l’ouvrage en japonais a trouvé la mort. Ces quelques exemples et de nombreux autres faits ont entraîné son bannissement total du monde musulman. Lire la suite

Hermann Reckendorf et sa traduction hébraïque particulière du Coran

« Al-Qor’an o ha-Miqra » qui signifie « le Coran ou la Bible » est un ouvrage de Hermann Reckendorf apparu en 1857. L’auteur, un juif d’origine allemande, exerce à l’Université de Heidelberg en tant que professeur de langues sémitiques. Il a effectué des études approfondies sur l’histoire des religions ainsi que sur la philologie arabe. Il a également été inscrit dans des institutions religieuses afin d’étudier les matières juives classiques. Lire la suite

Apprendre le mandarin à l’école en Afrique du Sud : pour ou contre ?

Le mandarin fera partie des langues inscrites au programme d’enseignement à partir de janvier 2016 annonce la ministre de l’Éducation de l’Afrique du Sud. Elle figurera parmi les nombreuses langues proposées en option aux jeunes Sud-africains. La nouvelle a immédiatement fait des détracteurs. Certains n’hésitent pas à assimiler la Chine à un nouveau colonisateur dont le pouvoir sud-africain en place réalise les quatre volontés. Lire la suite