tom13c Pas de commentaire

Interprétariat professionnel : un débouché prometteur

L’interprétariat professionnel est en ébullition. La demande en linguistes professionnels est en constante hausse, surtout dans les institutions internationales, où les besoins sont les plus criants. De fait, les interprètes de conférence deviennent des spécialistes rares et très sollicités. Le métier offre dès à présent des débouchés certains et prometteurs.

Entre la demande et l’offre, l’interprétariat professionnel s’attend à une réelle pénurie de candidats dans les années à venir. Le recrutement s’organise et les futurs interprètes de conférence sont très attendus sur le marché.

Savoir restituer les enjeux d’une négociation internationale ou d’une rencontre de professionnels est un atout de plus en plus apprécié et incontesté à l’heure de la mondialisation. Dès lors, les organisations internationales et les entreprises font les yeux doux aux linguistes professionnels.

Linterprétariat français allemand est notamment très prisé par l’Union européenne. Mais avec 23 langues officielles et 75 % d’échanges linguistiques incluant le français, les demandes en service d’interprétation recouvrent non seulement les opérations plus classiques, comme l’interprétariat français anglais ou français italien, mais aussi les nouvelles langues de la communauté européenne.

Aisance relationnelle et adaptabilité

Maîtrisant au minimum deux langues, l’interprète de conférence traduit soit en simultané par l’intermédiaire d’un casque les discours des intervenants, soit en décalage (c’est la traduction consécutive). Indépendant ou salarié d’un groupe, d’une institution, il doit s’adapter rapidement au sujet traité, se familiariser avec la terminologie et faire preuve d’aisance relationnelle.

Les candidats se forment à l’interprétariat avant de se spécialiser pour les conférences. Il existe pour cela des écoles (l’ISIT et l’ESIT à Paris ou l’ITIRI à Strasbourg) et de nombreux masters universitaires par exemple à Paris, Rouen, Nice ou encore Angers.

Il est nécessaire de passer un test d’accréditation à la commission européenne ou un concours pour exercer dans une organisation internationale ou une institution européenne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *