tom13c

La France vient en aide à ses traducteurs d’Afghanistan

Durant le conflit en Afghanistan, les troupes françaises mobilisées ont fait appel à des traducteurs, comptant parmi les PCRL ou Personnel Civil de Recrutement Local. Après le retrait de l’armée française, ces traducteurs se sont retrouvés exposés aux représailles des talibans.

L’État français a décidé de leur venir en aide en créant en 2014 une commission rattachée à l’Ambassade de France à Kaboul. Cette commission est chargée d’étudier les dossiers du PCRL désireux de s’établir en France. Les candidatures sont évaluées en fonction de l’importance des menaces qui pèsent sur elles et de leur capacité d’intégration dans l’Hexagone. Une première vague de 73 personnes a ainsi regagné la France. Elles sont suivies de 200 autres, une seconde vague qui a eu droit au sésame suite à une réévaluation du contexte sécuritaire en Afghanistan.

Une fois sur le sol français, les réfugiés sont placés dans des foyers qui leur accordent un ticket-restaurant d’une valeur de 4 € par jour. Il leur reste encore du chemin à parcourir pour trouver un travail ou une formation, et pour s’intégrer complètement dans la société. Toutefois, ceux qui ont bénéficié d’un visa de 10 ans sont bien heureux de se retrouver en France plutôt que dans leur pays d’origine où ils avaient à craindre pour leur vie et celle de leur famille. De nombreuses associations et communautés se sont mobilisées pour leur apporter des vêtements, des jouets et de quoi se nourrir. Ces réfugiés sont éligibles pour un logement social et diverses aides sociales.